samedi 29 octobre 2011

Brandon, la Saumure.


C'est à nouveau avec beaucoup de plaisir que j'ai pianoté le numéro de Brandon sur mon téléphone ce matin. La voix gaillarde de mon interlocuteur de Warquignies était joyeuse et optimiste. Je n'ai même pas perçu le son rauque des lendemains de fête. En effet, Brandon vient de trouver du travail. Mieux, il est entrepreneur.

Quelle surprise! Il a eu une révélation cette semaine dans son splendide canapé en cuir acheté grâce à son nouveau prêt octroyé par Citibank au taux exceptionnel de 34%. En effet, il était affalé avec sa traditionnelle carapils à la main, lorsqu'il est tombé sur un documentaire portant sur un riche homme d'affaires : «Dodo, la Saumure». 

Au départ, il pensait que c'était un cuistot qui avait réussi à faire fortune grâce à la recette spéciale d'un bain fortement salé qui sert à la conservation des maquereaux. Mais il comprit rapidement qu'en fait, c'était un agent de location de chambres pour des chaudasses délurées. Elles avaient toujours envie de faire l'amour et en avaient fait leur métier.

Or, dans la DH, il a lu que ce fameux Dodo venait de se faire mettre en prison pour proxénétisme. Sa pièce d'un euro n'était pas encore tombée que Brandon se voyait déjà à la tête d'un empire immobilier pour petites cochonnes. D'une voix douce et suave, il se tourna vers Jess' qui était en train de se servir du Ravini: «Tu prendrais combien pour une pipe?»

Jess' était restée perplexe devant cette question. La seule chose qu'elle demande pour s'appliquer avec plaisir à octroyer cette joyeuseté à Brandon, son amoureux, c'est d'aller laver kiki. Elle sait qu'il n'a pas beaucoup d'hygiène et qu'elle n'a pas envie d'avoir des croûtes entre les dents. Mais à part ça, elle ne s'était jamais posé la question.

«Tcheu, çastou nié difficillll cêm kestion: combien tu d'mente pou d'une turlut?» Lorsque les lois de Newton et de la physique ont enfin fait retomber sa pièce à elle, elle lui lança son verre à la figure, après l'avoir vidé, cela va de soi. «zess bramin in pourcha. M'prenez pou dune putin? Mi djfé ça poum plésir. El protchène fois, j'vous mord voss machin!»

Cela n'a pas découragé notre futur prix nobel d'économie souterraine qu'est notre Brandon. Il a vite fait les calculs. À 25 euros la gâterie buccale, avec 10 clients par jour et deux jours de congés légaux, elle pourrait gagner 1250€ par semaine, un petit 5000€ mensuel. Donc, il pourrait légitimement lui louer le débarras à 2000€ par mois.

En aménageant la remise dans le jardin, il pourrait même proposer à une de ses maîtresses de venir travailler pour lui, ce qui doublerait ses revenus. Il enivsagerait enfin ne plus travailler au bar du Germinal durant les week-ends. Il se voit déjà au volant de sa Seat Ibiza 1,4l de 180 chv, son music-tune-kit-beat-bass-3000 jouant le rap de Sopranal.¹

Pour fêter cela, il décide d'ouvrir une bouteille blanc de blanc à 6,27€ la caisse de six. En tant que futur néo-entrepreneur, il y avait droit. Les bulles étant plus nombreuses dans sa coupe que les neurones dans son cerveau, il se retrouva vite en étant d'ébriété avancée et il sombra dans un doux rêve businesso-érotique.

Il imaginait la création d'une maison de passe parisienne du XIXème siècle, les filles accueillantes, les poitrines aguicheuses et le champagne qui coule à flot. Les clients fortunés qui affluent. Il se voit en train de danser entre ses tables et entend les rires joyeux des hommes prêts à monter dans des cabines aménagées avec soin.

La seconde d'après, Brandon chevauchait les routes de la Wallonie pour retrouver son pied à terre au bord de la Semois: Ze Brandon Mansion. Il était entouré de toutes ses fidèles coquines prêtes pour une orgie buccale organisée à l'occasion de l'inauguration de son jaccuzzi géant. Les nouvelles hôtesses qui désiraient rejoindre son empire de la fellation lui démontraient leurs talents.

Le lendemain, il se refusa sa grasse mat' de chômeur professionnel et il se leva à 11h45 pour se rendre dans le premier magasin de bricolage le plus proche. Il s'acheta une jolie lanterne pour mettre au dessus de la porte de sa maison. C'était le code pour signaler la présence d'un bordel. Et il lança sa campagne de marketing via le web.

Le succès a été phénoménal. Dès le premier jour, son planning était rempli avec ses 10 clients. Le seul hic, c'est que Jessica refuse toujours de vouloir travailler avec lui. Elle ne voit pas pourquoi elle quitterait son école d'apprentie coiffeuse pour le milieu de la prostitution. Alors, Brandon a dû improviser.

C'est donc Brenda et sa perruque rose qui accueille les clients. Pour le moment.


¹L'album de Sopranal, Wallifornie Love sera dans les bacs le 5 novembre. L'artiste sera au Derby à Binche pour une séance de dédicaces. Sopranal, el site officiel. N'hésitez pas à visionner le tube "Leffe Leffe" feat. Lucien El Rapia.

Retrouvez tous les épisodes de la vie de de Brandon sur sa page : Brandon, le Wallon.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire