vendredi 19 août 2011

Les analystes boursiers nous prennent pour des cons

« Les analystes boursiers nous prennent pour des cons ! » Je viens d'enfoncer une porte ouverte et je n'en suis pas peu fier. Cependant, ce qui m'afflige, c'est que j'ai réellement l'impression que nos très chers analystes ne savent même pas de quoi ils parlent : ils attendent une réaction du gouvernement en réponse à la chute de la devise européenne, à la chute des cours, et des spéculations de ces-satanés-banquiers-pourris-qui-ont-déjà-englouti-nos-économies-dans-un-sauvetage, etc, etc... La réalité est toute autre : la baisse est bénéfique pour les professionnels de la bourse !

Je fais partie des penseurs qui estiment qu'il faut absolument prendre la bourse pour ce qu'elle est : un casino, un lieu de paris. Et, dans ce contexte, l'empêcher d'avoir la moindre influence sur l'économie réelle. C'est un débat qui devra avoir lieu un jour, mais le monde capitaliste n'est pas prêt pour l'entendre.

En revenant dans la réalité, je prendrai une position totalement différente : les marchés sont le gagne-pain des traders et des banquiers. Et ils se font énormément d'argent. J'ai envie de dire tant mieux, sauf que c'est sur le dos de l'ensemble de l'humanité, donc tant pis. A mes yeux, le plus important est de prendre conscience que derrière ces portes, le but du jeu, car oui, c'est un jeu, est très simple : gagner de l'argent. Mais comment gagner le plus d'argent ? Et bien, en jouant à la baisse.

« Quoi, on peut jouer à la baisse ? » Cette question m'a été posée, véridique, par la vice-première ministre de notre royaume lors d'une rencontre fortuite dans la salle de maquillage d'une télévision belge. A part le fait que cela m'ait fait froid dans le dos de savoir que le monde politique est aussi mauvais en économie qu'un poisson qui se décide à se lancer dans l'athlétisme, cette question montre bien l'ancrage dans la connaissance collective de la règle qui veut que si les marchés sont positifs, les traders et autres spéculateurs gagnent de l'argent. Je mettrai juste un bémol : si les marchés sont positifs, les traders et autres ont déjà gagné de l'argent et continuent à en gagner, mais moins.

Une des règles de base dans le grand monopoly de la bourse est l'anticipation. Acheter bon marché et revendre avec un beau bénéfice. A partir de là, nous devons avoir des espions, suivre les fuites, etc... plus poliment nous devons avoir du « flair ». Par contre, il y a aussi l'analyse de la psychologie des marchés. Pour vulgariser: savoir ce que les vendeurs et acheteurs vont faire, et donc jouer là dessus. Par exemple, comme tous les marchés plongent, et bien je fais mes emplettes, et lorsque les futurs pigeons, oups petits porteurs, arriveront je pourrai revendre les actions pour lesquelles j'ai pris beaucoup de risque, et donc elles vaudront très cher.


Et tout est là : elles ne vaudront pas très cher parce que j'aurai pris beaucoup de risques, mais parce que beaucoup de monde voudra en acheter. Car le monde entier sera tout à fait certain, merci la télévision, que nous sommes repartis vers la hausse et que nous sortons de la crise. J'ai bien anticipé, waouw, je suis une bête, et je revends donc mes actions avant la très probable future baisse.


Regardons différemment : j'anticipe la baisse. Quelle est la subtilité ? Lorsque les marchés sont dans le vert, les niais, reoups, n'ont peut être plus d'économies pour acheter, ils ont peut être perdu leur travail, ils sont hésitants, etc, etc, etc... Par contre, à la baisse : tout le monde vend, c'est la panique dans les marchés, et ça plonge, ça plonge, ça plonge, avec des pourcentages à deux chiffres. Il suffit d'être aidé par un bon président qui nous sortira une grosse ânerie du genre : « Nous réfléchissons à une taxe sur les transactions financières » et boum, les marchés ne sont pas confiants (évidemment, vu que cette loi a été votée déjà il y a 5 mois), et ça plonge, et ça plonge, et ça plonge.

Toutes les petits porteurs l'ont dans l'os, mais l'excellent trader, lui, brasse des milliards. Pour info, cet excellent trader, doit simplement suivre les actions que les robots font pour lui (véridique aussi). Mais revenons en au fait : quelque chose m'échappe... les marchés plongent et ils gagnent de l'argent. Comment ? Je veux savoir, quel est le secret, pourquoi les médias n'en parlent pas ?

Je répète : j'anticipe la baisse des marchés, j'attends la panique et remercie les politiciens qui n'y connaissent rien.

  • Anticiper : c'est simple, dès que la bourse atteint son point le plus haut, elle baissera. (forcément), ce qui n'est pas le cas la hausse (du moins pas aussi vite).

  • J'attends la panique : c'est simple : tout le monde vend, alors qu'à la hausse les couillons hésitent, parce que c'est vraiment des couillons.

  • La pression est sur les gouvernements, qui racontent n'importe quoi et montrent leur incapacité à gérer : le mouvement s'amplifie, et c'est encore et toujours la panique.


Il est très important de noter qu'une montée s'arrête beaucoup plus facilement qu'une descente et qu'en plus le mouvement de panique n'existe pas à la montée. Donc c'est beaucoup plus simple de gagner à la descente. Même un novice peut prédire une belle chute. A chaque nouveau record à la hausse, il a y a automatiquement une chute. Pour l'initié, cela s'appelle une correction, c'est beaucoup plus rassurant.


Il y a quand même quelque chose de bizarre dans tout ça. Comment est ce que je peux gagner de l'argent quand mes actions perdent leur valeur, et donc qu'au moment où je les vends, je perds automatiquement de l'argent par rapport à leur dernière valeur... Et bien vends des actions que tu n'as pas.

???? Je vends des actions que je n'ai pas ??? Mais ce n'est pas possible ? Comment est-ce que je peux vendre des actions que je n'ai pas ? Fais une VAD. Quelle jolie abréviation pour dire : vente à découvert. Et ça existe ça ? Eh oui... Tu vends une action à 50€ que tu achètes un peu plus tard à 25€, car les marchés sont dans le rouge. Donc, tu te fais 25€ de bénéfice.

Dans certains cas, le grand Régulateur, interdit les ventes à découvert. Comme cet été sur certains titres bancaires. Qu'à cela ne tienne, dans ce cas, nos amis les banquiers ont inventé les « warrants ». Traduction... garantie. Très astucieux : en gros, c'est une garantie au cas où l'action dans le portefeuille perd trop de sa valeur. C'est une technique utilisée par les grosses nouilles, rereoups, les épargnants « bon père de famille ». C'est donc excellent pour gagner de l'argent à la baisse : il suffit d'acheter ces garanties qui prennent beaucoup de valeur lors de la panique, étant donné que certains de nos pauvres investisseurs ont oublié d'en acheter, il faut donc les aider.

Tiens au fait, vous saviez que la plupart des produits à la baisse sont avec effet de levier? C'est à dire qu'ils ont des coefficients de multiplication... Par exemple, pour un coef 3, si le titre perd 1€, le spéculateur en gagne 3... Mais les banquiers réservent bien entendu cela aux professionnels, ou aux amateurs avertis qui ont signé 137 décharges et répondu à 203 questionnaires... Il ne faut surtout pas que les dindons ne puissent plus se faire plumer.

La bourse, c'est comme les montagnes russes, c'est la descente qui fait plaisir. Allez, tout le monde fait la file pour le Cobra. Tout le monde, ça veut dire les néochômeurs aussi, ce n'est pas grave, c'est juste un jeu. Et après la récréation, vous reprendrez bien un petit travail à mi-salaire, c'est l'heure de l'austérité et des efforts : c'est la crise.


Le 18 octobre 2011 Jean Quatremer publie le billet : Pour contrer la spéculation contre les dettes publiques, l'UE interdit les "CDS souverains à nu"

2 commentaires:

  1. Quelle abnégation!
    Dire que vous connaissez le moyen INFAILLIBLE de gagner "énormément d'argent" et vous êtes là, à mener cette vie qu'on devine minable et sans intérêt.

    RépondreSupprimer
  2. @Anonyme: si seulement vous connaissiez ma vie...

    RépondreSupprimer