dimanche 4 septembre 2011

Scoop : le gordel 2012 dévoilé

Le Gordel 2011 est à peine entamé, et déjà les organisateurs parlent de celui de 2012. Ce bel évènement humain et sportif qui véhicule des valeurs de tolérance, de paix et de sportivité au sein de notre petit pays a décidé de faire découvrir d'autres paysages aux chers cyclistes flamands. La main est tendue aux francophones.

Au vu des derniers avancements politiques de nos contrées, l'organisme faîtier de cet événement a décidé de réduire le circuit passant dans les communes à facilités de B.H.V. Seules quelques nostalgiques de la première heure seront attendus lors de ces balades aux portes de Bruxelles. Bien que moins mis en valeur pour la prochaine édition, il n'était pas souhaitable de complètement supprimer cet itinéraire historique.

Le fait que B.H.V. ait été splitté n'est que purement fortuit.

Dorénavant, et c'est la grande nouveauté, les touristes d'un jour viendront avec leur petite reine déambuler dans la capitale flamande : Brussel. C'est une grande innovation, en effet, 100 000 sportifs sont attendus dans les artères bruxelloises. Cette joyeuse kermesse partira symboliquement de l'avenue du port, en mémoire des platanes abattus, pour terminer à la place des martyrs. Étonnamment, tout le quartier du palais Royal sera soigneusement évité.

Le fait que Bruxelles soit le prochain combat des flamingants n'est que purement fortuit.

Par chance, cette année, les belles contrées de Wallonie seront aussi visitées. En effet, et ce pour la première fois, des corridas locales seront organisées dans les villes de Lessines, Tournai et Enghien. Pour ces entités justement, des collaborateurs sont vivement recherchés par le Voorpost afin de placarder quelques affiches publicitaires durant les semaines précédant l’évènement.

Le fait que ces territoires soient revendiqués par les nationalistes flamands n'est que purement fortuit.

Pour les éditions après 2012, il se murmure que le Gordel ira également en dehors de nos frontières. En Espagne pour commémorer, non pas les Pays-Bas Espagnols, mais bien la Flandre d'Espagne et leur souveraine Isabel van het Kasteel. Et même jusqu'à Rome, pas seulement pour montrer leur attachement profond à Benoît XVI et aux convictions profondes partagées durant la seconde guerre mondiale, mais aussi pour se rappeler le fameux « Horum omnium fortissimi sunt Flamandae » écrit par Jules César dans sa Guerre des Gaules.

Les fait que les nationalistes et l'extrême droite flamande organisent chaque année le gordel pour revendiquer des territoires peuplés par des francophones. Le fait que les politiciens du Nord aiment se mêler à la masse des chemises brunes. Le fait que ces mêmes politiciens scandent des « België Barst » ou « Franse ratten rol uw matten ». Tous ces faits ne sont que purement...

fortuits. Évidemment.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire