samedi 1 octobre 2011

Le travail de Brandon

Lorsque j'ai eu Brandon ce matin au bout du fil, il était de très bonne humeur. En effet, l'étau se resserre soi-disant sur les chômeurs professionnels, mais lui n'a pas été inquiété. Cette semaine, il va nous expliquer pourquoi c'est le cas: Brandon a décidé de lever le voile sur une partie très importante de sa vie : le travail.

Il ne faut pas croire que Brandon est un feignant ou un inactif qui attend chaque fin de mois que l'aumône de l'État lui tombe dans la main. Loin de là, comme il le dit si bien lui même: «i'n fô nin croire ke s'possip de vif avou 1000€ avou 4 gamins!». Alors, pour se sortir de la misère, il accumule les petits boulots.

Mais avant tout, la première chose à faire, c'est de s'assurer de garder le droit aux allocations. Il ne faut vraiment pas prendre les fonctionnaires pour des imbéciles. Il faut leur montrer qu'on cherche du travail et répondre à toutes leurs invitations. Par contre, au moindre doute, il faut sortir sa carte de la FGTB, cela marche à tous les coups.

Le super truc du stratège, c'est de se faire passer pour un demeuré. Et quand on s'appelle Brandon et qu'on habite à Warquignies, franchement ce n'est pas difficile. Rien que quand il donne son prénom, les gens ont déjà pitié. Alors, il en rajoute. Son autre ficelle, c'est de solliciter un travail qu'il n'aura jamais. Une bonne tactique, un peu de comédie, et l'alloc est garantie.

Un jour, il s'est fait convoquer au bureau du forem pour l'aider dans ses démarches. Là, il a fièrement annoncé qu'il venait de postuler à un poste d'ingénieur en radioprotection. Devant l'ahurissement de l'assistante sociale, il a fait le benêt. Pour elle, c'était inimaginable qu'avec un diplôme de primaire quelqu'un puisse postuler à cette annonce. Et Brandon l'avait fait.

Quand il lui a expliqué qu'il pensait que c'était un poste d'ingénieur du son sous protection de gardes du corps, que depuis tout petit il rêvait d'être DJ, et que là il voyait enfin la porte de la chance s'entrebâiller... qu'il imaginait déjà que son père (mort d'une cirrhose le jour de son huitième anniversaire) le regardait fièrement du ciel et que ses quatre enfants pourraient avoir à manger tous les jours...

... L'assistante sociale se répandit en sanglots. Il ne faut pas croire que ce sont des machines qui veulent caser les chômeurs, non, ce sont des êtres humains fragiles. Et là, il avait touché la corde sensible de sa «jobcoach». Lorsque, au bout d'une heure trente, elle s'arrêta de pleurer, il lui expliqua qu'elle était certainement en burnout et qu'elle devrait aller voir la F.G.T.B.

Ce qu'elle fit. Elle se mit en arrêt maladie pendant 6 mois pour dépression, mais ses collègues en ont profité pour dénoncer le stress ambiant et la difficulté de travailler dans la misère humaine. Ils se mirent donc en grève et refusent encore aujourd'hui de radier les chômeurs. La grogne sociale a été suivie dans tout le pays.

Tous les chômeurs de la commune se sont réunis pour un grand lâcher de ballons afin qu'elle puisse voir depuis sa chambre d'hôpital que la ville pensait à elle. Ce sont des milliers de ballons rouges qui se sont envolés avec les espoirs. Depuis qu'elle est sortie, Brandon lui rend visite une fois par semaine, il sait maintenant qu'elle s'appelle Vincianne et qu'elle a un piercing sur son clitoris.

Maintenant qu'il a assumé le principal, Brandon peut aller aider les copains de temps en temps. Chaque week-end, il travaille dans un bistrot, mais il livre aussi des pizzas, il va tondre des pelouses, ou encore bêcher les jardins. Ça lui arrive aussi de faire des courses pour les petits vieux de Jessica, mais ce n'est pas toujours facile de nouer les deux bouts.

Il regrette quand même son premier vrai travail. Par un de ses copains, il avait réussi à rentrer dans une entreprise de pompes funèbres. Carrière assurée, plus besoin de tricher ou de mentir pour faire rentrer les deniers à la maison. Il se voyait même refaire sa vie avec Dora, et pourquoi pas, un enfant serait venu concrétiser leur amour...

Mais voilà, le moteur de sa Citroën ZX venait d'exploser, et son ami Ayrton du Tune-Shop-Garage de Wasmes avait besoin de le remplacer. Un week-end, ils sont partis dans une casse pour en récupérer un, et tandis qu'ils le chargeaient, Brandon fut licencié par téléphone : son patron n'avait pas du tout apprécié l'utilisation du corps-billard pour ce type de transport.

Mais Brandon ne désespère pas, il sait que la roue de la fortune ne tourne pas que sur TF1.


Ce billet est spécialement dédicacé à mon ami Georges. Bisous.


Brandon aimerait que sa fille Hélène s'en sorte mieux que lui et l'inscrit dans un concours de beauté : Brandon et les Mini-Miss .

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire