mardi 30 août 2011

Roulez bourrés!

Etienne Schouppe, secrétaire d’État à la mobilité, est formel : trop d'accidents de la circulation sont dûs à l'alcool au volant. Personne ne peut lui donner tort, même les statistiques le prouvent. Dans 42,5% des cas d'accidents avec blessé grave, en Belgique, le taux d'alcoolémie du conducteur était supérieur à 0,1 pour mille. Actuellement, quelques 600 000 contrôles sont effectués par an, et le chiffre de 2 000 000 est visé.

Le Belge est un bon vivant, c'est de notoriété publique. Doit-on dès lors sanctionner sa sympathie ? Tout est prétexte à boire une bonne petite pils. Un anniversaire, un baptême, les fêtes de fin d'année, la réussite des examens, l'échec de ces mêmes examens, un nouveau voisin, une petite amie, un chat, un chien ou l’œuf fraîchement pondu par la poule, tout est sujet à décapsuler une mousse.

Je repose dès lors la question : doit-on brider la joie de vivre du belge ? Doit-on punir le bien-être que procure une gorgée de houblon ? Doit-on réprimer le « moi » profond de l'individu, quitte à le plonger dans l'abîme du rejet de soi ? Certainement pas. Il faut protéger nos concitoyens et s'assurer de leur bonheur qui passe par le partage d'une tournée au cabaret du coin.

Bien entendu, il va falloir réglementer, car la diminution des accidents de la route doit rester une priorité. Actuellement, différentes solutions sont testées en Europe et dans le monde, mais une fois de plus, la Belgique peut et doit être innovante dans le domaine de la sécurité. Au lieu de toujours sévir et punir, il faut récompenser et encourager : enseignons la façon responsable de conduire à 4 grammes par bras.

Il est grand temps d'introduire le permis de conduire en état d'ébriété. Nous avons tous déjà remarqué que plus nous passons du temps à déguster notre breuvage préféré, plus les routes sont étroites et sinueuses. Passé une certaine heure, nous savons également qu'il ne vaut mieux pas rencontrer un de nos copains à képi. Grâce à notre nouvelle licence, nous serons fier de répondre à ce dernier : « j'ai bu quelques pils, mais j'ai le permis ».

L'obtention du précieux certificat se ferait dans les mêmes conditions que l'original, à un détail près, il faudra avoir ingurgité un minimum de 10 bières auparavant. Un petit test d'alcoolémie sera effectué pour éviter les fraudes, et hop, contact, moteur eeeet Santé ! L'épreuve ne sera qu'une formalité pour tous les conducteurs avinés. Et grâce à ce précieux bout de papier, ce sera la fin des tracasseries pour désigner le conducteur sobre qui devra se faire chier comme un rat mort toute la soirée pendant que ses amis s'enivreront dans la joie et la bonne humeur.

Je vous entends déjà dire que c'est tout de même un peu dangereux, on voit le résultat sur les routes aujourd'hui. Je sens même une dose de scepticisme qui pointe. C'est parce que je ne vous ai pas encore expliqué que les cafetiers, ces braves gens, se sont mis d'accord avec l'industrie de l'automobile pour ajouter un gadget sur le volant : le « BDB » pour « bouton du bourré ».

Ce bouton magique bloquera la vitesse de la voiture automatiquement à 30km/h en ville et 50km/h ailleurs. Mais ce n'est pas tout : cette nouvelle technologie très utile enclenchera un gyrophare rouge sur le toit de sa voiture afin de signaler à tous les autres usagers de la route qu'un danger, potentiel, est en approche. J'insiste sur le mot potentiel.

Le seul embêtement qui puisse encore arriver à notre pauvre chauffeur enivré serait de tomber dans les bras de morphée tout en conduisant son bolide bridé. Une fois de plus, le BDB sera son ami : en effet, une musique de min 80db sera diffusée dans la voiture. Finies les petites siestes en roulant : le BDB est là pour vous tenir éveillé.

Si malencontreusement, et cela peut arriver, notre pilote a un léger dysfonctionnement dans la maîtrise de son véhicule, nous pouvons tout de même logiquement admettre qu'à 30 ou à 50 à l'heure, il n'y a pas grand risque. Au pire, un peu de tôle froissée qui sera remboursée par une compagnie d'assurance spécialisée. Le permis de conduire en état d'ébriété jumelé au bouton BDB et la Belgique est à la fête.

Le seul inconvénient que je puisse imaginer, c'est lorsque Ronnie enivré de ses 24 Carapils décidera d'appuyer sur son BDB et que jaillira sa musique favorite à 80 db... Je ne suis pas certain que ses voisins apprécieront pleinement la poésie de sa musique « boum-boum » à 4h du matin. Mais je pense que nous pouvons tous faire un petit effort au nom de la sécurité, non?

Allez, santé, mais n'oubliez pas de vérifier que votre gyrophare fonctionne bien.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire