lundi 12 septembre 2011

Questions à mes lecteurs flamands

Suite à mon billet Alea jacta est, j'ai reçu un tweet d'un lecteur flamand : «dream on... Uw tekst staat bol van foute beweringen, eenzijdige holle frasen.#nogov is veroorzaakt door deze standpunten!» En gros, ce sont des fausses allégations et la formation du gouvernement est impossible à cause de ces points de vue. J'en prends bonne note.

J'ai été agréablement surpris de voir que je suis lu par l'autre communauté, mais également que cette personne ait pris le temps de me répondre. Malheureusement, je n'ai pas eu de réplique à la question suivante : «Où sont les fautes ?». Parce que c'est ça que j'aurais aimé savoir : où est ce que je me trompe ? Je n'ai pas la science infuse, et si je suis dans l'erreur j'aimerais être corrigé.

Étant donné que je suis lu de l'autre côté de la frontière linguistique, j'en profite cette fois pour poser des questions. J'espère que je vais avoir des réponses qui me feront avancer dans mes réflexions et me permettront d'avoir une opinion plus juste sur mon pays. Peut-être que je suis complètement à côté de la plaque et que mon jugement doit être revu.

Voici donc mes questions:

  1. Quel était le principe de territorialité dans la Belgique de 1921?

  2. Quel était le fondement de la loi linguistique dans la Belgique de 1932?

  3. Sur quel recensement ont été basées les frontières linguistiques de 1963?

  4. Pourquoi les flamands refusent tout recensement linguistique depuis 1947?

  5. Pourquoi le concept des «communes à facilités» a-t-il été introduit?

J'ai une deuxième partie, plus contemporaine:

  1. Qu'est ce que la charte européenne des langues régionales ou minoritaires?

  2. Pourquoi la Belgique ne l'a pas ratifiée?

  3. Pourquoi poserait-elle un gros problème à la la république Flamande en cas de demande d'adhésion à la communauté européenne?

Une troisième partie, plus «humaine»:

  1. Combien y a-t-il (environ) de flamands qui vivent à Bruxelles en 2011?

  2. Depuis combien de temps, Bruxelles n'est plus majoritairement flamand?

  3. Que proposent les flamands en échange du split de B.H.V?

  4. Quel(s) problème(s) pose(nt) l'élargissement de Bruxelles aux communes à facilités?

  5. Où s'arrêtera la marche vers la confédéralisation de la Belgique?

Et enfin, la toute dernière, mais celle que je trouve la plus intéressante:

  • Étant donné que la majorité des flamands se dit encore «pour l'unité de la Belgique», pourquoi vote-t-elle pour des partis qui veulent la fin de ce même pays? In het politiek programma van de NVA en de VB staat het zwart op wit, et qu'on ne me dise pas que ce n'est pas vrai.

Je pense très sincèrement que les réponses aux questions ci-dessus vont m'éclairer dans mes recherches futures. Le seul problème, c'est que jusqu'à maintenant, il n'y a aucun flamand qui a eu la bonté de bien vouloir me répondre. Pourtant, je ne pense pas que cela soit si compliqué. J'espère très sincèrement que grâce à mon blog, je pourrai enfin recevoir des clarifications.

A moins que ces questions ne soient imbuvables?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire