lundi 3 octobre 2011

Défacebookisation : phase 1

Hier, je vous expliquais que j'avais décidé de me défacebookiser. Évidemment, ce matin, une des premières choses que j'ai fait, c'est de me jeter sur mon site de socialisation et me mettre à geindre en maugréant que je n'ai aucune volonté et que leur nouvelle interface est réellement bien pourrie. Je sais, je me répète.

J'ai réussi à me défaire des tourments de l'alcool, donc je me dis que c'est possible de devenir Fbaholic abstinent. Je suis même complètement passé à Linux depuis plus de deux ans et je n'ai même plus de partition windows depuis. Donc se passer d'ouvrir la page FB devrait être tout à fait faisable.

Nous sommes bien d'accord que je n'ai pas décidé de quitter ma vie virtuelle sociale, et que j'aimerais tout de même rester connecté. Dans mon billet «je quitte facebook», j'avais expliqué ce que je recherchais comme type de socialisation. Je pense que ce qui est le plus proche de mes besoins actuel est Google+.

Je vais donc le configurer (presque) à ma guise. Je sais que j'ai quand même envie de donner des nouvelles à mes amis de FB qui ne sont pas encore sevrés, donc la première chose que je vais faire, c'est m'assurer que je peux poster depuis G+. Franchement, c'est hyper simple. Qui l'eut cru? En fait FB vous fournit une adresse où poster depuis votre mobile.

  • Poster sur FB depuis Google+ :

    • récupérer son adresse personnelle FB https://www.facebook.com/mobile/

    • créer un cercle FB dans laquelle on ajoute cette adresse

    • poster à ce cercle en indiquant bien de l'envoyer par mail, vu que cette adresse n'a pas de compte Google+

Maintenant, c'est vrai que tous mes amis ne sont pas des geeks comme moi et n'ont pas encore décidé de quitter le site de Mark Montagnedesucre. Et j'ai quand même envie d'avoir de leurs nouvelles. À nouveau, c'est très simple.

Ça y est, maintenant, je peux enfin quitter facebook et parvenir à tenir le coup sans aller dans cet onglet du diable qui me tente à glandouiller toute la journée... Malgré tout, je suis toujours connecté au monde du web. Seulement voilà, je me fais chier comme un rat mort, parce que rien ne se passe sur G+. Donc, maintenant, il va falloir aider mes amis à venir me rejoindre.

La première chose, c'est que si je trouve que c'est mort, et bien je n'ai qu'à rendre le flux vivant. Un peu comme dans une soirée où il n'y a pas de musique, et bien je décide d'amener une sono, de brancher mon ipod, et de faire danser les gens. Comme tout le monde a son ipod, les apprentis DJs se relaient pour réaliser une soirée mémorable.

Vous connaissiez le bouton «like» et bien, passez au bouton «+1». C'est exactement le même principe. D'un côté, il donne des infos à Google pour connaître vos goûts, et de l'autre, il anime le flux de vos amis G+. Par contre, il est important de signaler qu'il faut rester quelques instants sur le bouton afin qu'apparaisse la possibilité de partager sur G+.

Le gros avantage de G+, c'est sa sobriété. Je pense que cela peut me donner satisfaction par rapport à ce que je recherche dans un réseau social. Maintenant, c'est certain que chacun voit un petit peu midi à sa porte et les goûts et les couleurs ne se discutent pas. Par contre, c'est une belle opportunité pour tous ceux qui, comme moi, en ont marre du nouveau Facebook.

C'est peut-être un pas en arrière pour beaucoup de geeks, mais je me retrouve parfaitement dans cette simplicité : le partage de photos, les news et les potins. Si chacun d'entre nous réussissait à faire migrer deux de ses potes par jour, en un mois, nous aurons même oublié ce que nous sommes venus faire ici.

Et si toi aussi, cher lecteur, tu trouves que c'est une solution tout à fait respectable pour se défacebookiser, et bien...

Partage ce blog sur G+, FB, Twitter et autres....

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire