dimanche 23 octobre 2011

Pôôôôôôvres Français.

Pauvres français. En ce dimanche, jour du Seigneur, je tourne mon cœur vers lui et demande du plus profond de mes prières qu'il pose un regard compatissant vers mes voisins du sud. En effet, c'est avec beaucoup de tristesse que je ne peux que constater que la création divine se mêle à l'ensemble de l'univers dans une union anti-française.

Aujourd'hui, cela s'est manifesté par un piètre arbitrage contre les bleus de l'équipe nationale de rugby. Et pourtant, vu la domination outrageuse du XV de France, tous les commentateurs sont unanimes: les héros tricolores auraient dû vaincre dans l'hémisphère sud d'au moins 45 points d'avance. C'est tellement injuste...

Ma profonde compassion humaine de lutte contre la malveillance et l'oppression m'oblige à hurler aux côtés de cette nationalité constamment persécutée. Il est temps de dénoncer ce lâche mouvement relayé par toute la population terrestre: le «tout sauf la France». C'est inadmissible que tout un peuple se trouve systématiquement spolié à tous les échelons concevables.

Parce qu'aujourd'hui, c'était en rugby, mais hier c'était en foot, en tennis, en lancer de crottes de nez ou encore lors du concours de l'ongle le plus long et le plus sale du petit orteil du pied gauche qu'ils étaient déloyalement abusés par les arbitres. Qu'en sera-t-il demain? Peut on encore dormir devant de telles incohérences?

J'ai peur pour les Jeux Olympiques de Londres. Comment pourra-t-on assister à la finale du 100m alors que l'athlète français sera honteusement crédité d'un temps d'environ 9,99s? Tandis que tout un chacun sait qu'il court sous les 9,50s. Que pensera-t-on de ce sauteur qui ne parviendra plus à sauter les 10m en longueur, alors qu'il le fait avec nonchalance à l'entraînement?

Serons nous de nouveau les témoins indignés de ces manœuvres en coulisse qui se font contre la splendeur de l'Empire Français? Rappelons nous durement de Surya Bonaly, cassons nous la mâchoire en l'honneur de Battiston, flagellons nous en pensant à Cantona se faisant frapper par un supporter, torturons nous sur le cas de Yannick Noah qui a perdu Roland-Garros face à Wilander en 1983¹.

Ou encore plus proche de nous, la nageuse du siècle Laure Manaudou qui s'est fait ignominieusement photographiée en tenue d’Ève par un espion italien à la solde des services secrets kazakhes qui travaillaient en sous-marin pour la DDR, eux-mêmes manipulés par l'union du KGB et de la CIA pour l'empêcher d'aller glaner de nouvelles breloques.

Comment est-ce que la nation qui a créé les Droits de l'Homme peut-elle être l'objet de tant de haine? Comment est-ce possible que de telles pratiques soient scandaleusement étouffées? Pourquoi est ce que le pays des grèves CGTistes ne se rebelle pas contre tout-le-monde-déteste-la-belle-et-grande-nation-française-qui-gagne-parce-qu-elle-se-lève-tôt ?

Les larmes aux yeux me montent au nez et se transforment en un torrent de tristesse qui m'envahit au plus profond de mon cœur qui saigne. Une vague géante de révolte tsuanamiste m'envahit devant tant de scélératesse abjecte faite à une nation d'êtres humains visant la perfection dans toutes les disciplines, et qui, singulièrement, arrive à l'atteindre.

Il est importantissime de faire savoir que ce n'est pas seulement dans le sport, au contraire, c'est une discrimination doctrinaire, dogmatique qui fait front au génie français. Les cas sont trop nombreux pour être énumérés, mais il suffit de penser aux frères Bogdannof, à Liliane Bettencourt ou encore à la petite Dahlia Sarkozy pour se rendre compte des dégâts causé par la mécréance internationale.

J'ai une pensée fièrement émue pour chaque Marcel Dupont qui se retrouve devant sa lucarne, debout la main sur le cœur en train de chanter la Marseillaise en sachant que son combat est perdu d'avance. Il ne lui reste plus que son camembert, son verre de rouge et sa baguette à déguster pour se donner un peu de baume au cœur.

Je pense que si j'étais français, il y a longtemps que j'aurais inventé le pot «béret patriotique» à base de Xanax, de Prozac et de Laroxyl. Ou j'aurais demandé au ministre des sports d'organiser les Joutes Interplanétaires franco-franchou-françaises. Peut-être même que j'aurais développé un syndrome du Calimero.

Par chance, le Français est bon joueur et fair-play dans la défaite totalement irrégulière.

¹On me signale dans l'oreillette que c'est Cantona qui a frappé un supporter et non l'inverse, que Noah a gagné Roland-Garros et que l'équipe de France de foot a été championne du monde en 1998. Je souligne la grande humilité des français qui ont passé ces victoires sous silence.

1 commentaire: